Conflits armés et les écosystèmes en RDC

Reagan Sawasawa

Nul n’ignore que la République Démocratique du Congo avec sa superficie de 2.345.409 km2 regorge de plusieurs ressources Naturelles entre autres:

  • Une faune diversifiée comprenant 409 espèces de mammifères soient 54.1 % des espèces inventoriées en Afrique, 1.086 espèces d’oiseaux dont 655 sont endémiques en RDC.
  • L’ensemble de la flore congolaise, tous les embranchements confondus, compte près de 377 familles, 2.196 genres et 10.324 espèces
  • Son évolution est à la fois liée à l’ancienneté des terrains et à ses origines. Elle est majoritairement constituée des espèces méga-thermes. Les espèces méso-thermes sont confinées dans les régions montagneuses (source Anonyme, 2010).
  • Un important réseau hydrographique dense qui couvre presque 86.080Km2 soit (3,5 %) de la superficie du pays.

La guerre en RDC a entraîné une série des conséquences sur les écosystèmes en rompant l’équilibre écologique. Ces conséquences sont aussi manifestes sur les forêts et les parcs.
Durant cette période, le phénomène de braconnage s’est développé. Les conflits armés ont provoqué un mouvement de la population de villages vers les forêts et vis versa ou dans les villes.

La fin des hostilités va permettre l’instauration de la paix et c’est un facteur, nous le croyons, de développement des écosystèmes et de protection des parcs nationaux.

L’impact de la guerre sur les parcs nationaux et les réserves naturelles

La gestion des parcs nationaux est régie par la loi n°69 / 041 du 23 / 08 / 1969 relative à la conservation de la nature – article 4, libellé comme suit:
« est interdit de pénétrer, circuler, camper et séjourner dans les réserves naturelles, d’introduire des chiens, des pièges, des armes à feu, d’y déterminer, transporter des animaux sauvages, peaux des produits végétaux situés à l’intérieur de la réserve. »

Mais pendant la guerre, il y a une pression de la population sur les aires protégées. Ce qui perturbe l’équilibre de ces aires car les milieux protégés deviennent de lieux des affrontements armés en RDC. Le braconnage et la déforestation ont atteint leur seuil.
Si le rythme de destruction persiste, nombreuses espèces risquent de disparaître en l’espace d’une décennie.

Destruction du parc National de Virunga au Nord-Kivu

L’implantation d’un camp de réfugiés d’environ 700.000 personnes vers les années 1994, a entraîné un déboisement de 150 Km de forêt et plus de la moitié de bambous du Mont Mikeno. Comme phénomène de braconnage dans le dit parc, on citera entre autres :

  • l’abattage de 800 éléphants, 350 familles de gorilles de
    montagnes, 100 hippopotames, 24 spécimens de rhinocéros, 1000 buffles, 21 patamouchées, 4 léopards, 396 cobes de biffons, singes, oiseaux et autres espèces rares décimées ;
  • la déforestation et destruction de la faune et flore et l’abattage des réserves des bois de Walikale, Beni ; Masisi.

Impacts de conflits armés sur les écosystèmes en RDC

Les conflits armés en RDC ont été à la base de rupture d’équilibre économique et écologique des écosystèmes forestiers et des parcs nationaux. Cela se matérialise par les faits ci-après :

L’impact de la guerre sur l’environnement (biodiversité)- SHUKU (2003):
La biodiversité congolaise, l’une des plus riches du monde, est fortement menacée, et déséquilibrée;

  • Pour attaquer l’ennemi, la force tant loyaliste que rebelle
    détruit la forêt par le feu de brousse et anéantit les efforts de conservation consentis depuis de longues dates ;
  • Enfouissement, stockage et dissimilation des explosifs et des mines anti-personnelles dans les forêts des différentes provinces occupées par la guerre en RDC ;
  • Pillage du bois d’œuvre des exploitations forestières notamment à Beni, Walikale au Nord
    Kivu ainsi qu’en province Orientale.

La guerre en RDC a entraîné une série des conséquences sur les écosystèmes en rompant l’équilibre écologique. Ces conséquences sont aussi manifestes sur les forêts et les parcs.

Sur ce, HOLD DRC, une organisation humanitaire qui œuvre pour le développement durable exige qu’il ait l’instauration d’une paix durable et une sensibilisation sur toutes les couche de la société en mettant un accent particulier sur les enfants et les jeunes.

Blogpost and photos submitted by Reagan Sawasawa (HOLD DRC – DRC) – rig.wakam(at)gmail.com

The content, structure and grammar is at the discretion of the author only.


This post is published as entry #9 of our #Forests2015 blog competition. It is submitted in the “Open” category.

The first selection of the winners will be based on the number of comments, likes and views each entry gets.

As a reader, you can support this speaker’s entry:

  • Leave a comment on this project in the field at the bottom of this page
  • Support the post by clicking the “Like” button below
  • Spread this post via your social media channels, using the two hashtags: #Forests2015 #Youth

Have a look at the other blog competition entries too!

7 thoughts on “Conflits armés et les écosystèmes en RDC

  1. La problématique de protéger l’environnement doit être une préoccupation de tout le monde. il est déplorable de voir que les groupes armes en RDC trouvent encore d’appuis extérieur alors que les actions que mènent ces groupes armes contribuent a la dégradation des écosystèmes en RDC tel que le démontrer dans cette publication. Nous jeunes de l’APN (Amis Protecteurs de la Nature), restons fermement engagés a protéger l’environnement car notre avenir et celui de nos enfants en dépendent. Qu’en est-il de vous qui pensez encore intégrer les groupes armés ? les alimenter?

    Like

  2. moi Desanges MUSIMWA.

    C’est Reel que les conflits armées, qui à la longue finissent par faire des explosions carracterisées par des guerres, soient à la base des destruiction des systèmes écologiques du fait que pendant les guerres armées bien plannifiées, selon nos observations,beaucoup de mouvements armés font leurs operations de guerre dans les forets et ne se préoccupent guerre de d’especes s’y trouvant. Ainsi, j’appuie l’argument portant son attention sur l’instauration d’une paix durrable et j’ajoute en disant que les partis en conflits armées devraient chercher un moyen autre que la guerre pouvant apporter des solutions aux problèmes de conflits. Je note que ces conflits n’affectent pas seulement les éspeces de la faune et flore mais aussi les enfants, femmes et jeunes et encore divisent pas seuleument deux nations en conflits mais divisent aussi le monde entier.

    Like

  3. Nous sommes très firieux de voir que dans les jours qui viennent, nous n’aurons moins d’especes dans nos parcs. en plus nous devons protegé l’environnement parce que nous risquons de rejoindre rapidement le sahara et voilà que cette population souffrira énnormement!!!

    Like

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s